Couple. Tout se dire : honnêteté ou lâcheté ?

Il existe des relations amoureuses fusionnelles et d'autres moins. Mais quoi que l'on en dise, nous nous cachons toujours des choses. Elles sont souvent sans grande importance, elles nous permettent de conserver notre indépendance d'agir de penser, d'espérer...

Conserver son jardin secret évite de dire nos désillusions, nos rêves inassouvis, de ne pas faire de mal inutile à l'autre concernant ses petits travers que nous n'apprécions pas vraiment mais qui ne nous empêchent pas de l'aimer.

Certains diront : "On s'aime alors on ne se cache rien." C'est une forme d'espoir secret qui peut se traduire par "J'espère qu'il ne me dira rien car dans ce cas, notre bonheur restera parfait". Ce genre d'honnêteté perverse est d'autant plus fausse que nous commençons nous-mêmes par refouler nos pensées que nous jugeons immorales, agressives  ou inappropriées. Nous nous cachons des choses lorsqu'elles pourraient nous faire mal... alors qu'est-ce qui nous pousse à dire à l'autre ce que nous savons qui va le blesser ?

Si vous souhaitez savoir ce qui peut être dit à l'autre, demandez-vous à qui incombe la responsabilité de ce qui va être dévoilé.

Deux situations et quatre scenarii possibles.

► Vous décidez de dire :

• Si vous lui dites que son enfant se drogue, vous le mettez face à ses responsabilités quoi qu'il lui en coûte et qu'il vous en coûte (subir son stress, sa colère, ses tourments...). Vous lui donnez également la possibilité de l'aider.

• Si vous lui avouez lui avoir été infidèle, vous vous défaussez de vos responsabilités. En lui avouant votre trahison, vous prenez l'excuse de l’honnêteté afin de soulager votre conscience et surtout de reporter la responsabilité de vos actes sur l'autre. Il devient alors le décisionnaire, celui qui rendra la sentence du "châtiment" : rester, partir, pardonner ou non. C'est de la lâcheté et non de l’honnêteté. Et cela devient pervers lorsque sa souffrance ne lui permettant pas de pardonner, vous le faites culpabiliser de cette "incapacité".

► Vous décidez de ne pas dire :

• Si vous cachez à votre conjoint que son enfant se drogue, surtout si cet enfant est mineur et qu'il en est responsable, vous lui ôtez sa responsabilité et sa dignité sous prétexte de le préserver.

• Si vous lui cachez que vous l'avez trompé (coup de canif !), vous prenez vos responsabilités.

♥♥♥♥
Tout le monde a eu ses histoires de vie, d'amour, d'amitié mais est-il pour autant utile de ressasser le passé et surtout, d'insérer en permanence ce passé dans le présent ? Est-ce constructif ?
Hormis pour l'organisation s'il y a des enfants, quand une personne parle constamment de ses ex-compagnons à la personne qui partage sa vie actuelle, on peut se demander ce qu'elle regrette et ce qu'elle n'a pas réglé. On peut également se demander si elle ne fait pas un transfert sur son nouveau compagnon ou si ce dernier n'est pas un pis-aller. Cela fait penser à un manque de considération de soi-même qui implique une envie de contrôler l'autre, une façon de le rabaisser, de le tenir sous sa coupe afin de se sentir plus important. Ne pas le respecter, est-ce de l'amour ? certainement pas !

La vrai honnêteté est celle qui respecte l'être. Soi-même tout d'abord et l'autre ensuite.
Si vous avez envie de changer de conjoint, ayez le courage de le lui dire au lieu de le mettre dans des situations qui le pousseront à décider à votre place.

Parlez de vos problèmes avec une personne qui n'est pas concernée et qui saura tenir sa langue... Amie, thérapeute, membre de la famille, etc...
 
Il n'est pas vraiment nécessaire de se dire "Je t'aime" à tout bout de champs à moins de vouloir être rassuré.
L'amour se voit par la bienveillance que l'on a pour l'autre.
L'amour sous conditions s'appelle du chantage affectif !

Alors respectez-vous et respectez la personne que vous aimez !


Auteur : Pascale J.M.