L' effet miroir et les neurones miroirs.

Il est important de bien différencier les neurones miroirs de l’effet miroir.
*******
Les neurones miroirs sont une espèce particulière de neurones se trouvant dans notre cerveau parmi les quelques 100 milliards de neurones qui s’y trouvent.
Ils nous permettent d’entrer « en résonance » avec les autres,  de mieux comprendre leurs comportements, leurs émotions et d’acquérir un apprentissage par l’imitation et s’imaginant faire les mêmes gestes que la personne en face.
Ces neurones font directement appel à l’imagination.
Ils permettent également l’empathie, en percevant et reconnaissant les émotions des autres, en « entrant en eux » afin de voir et ressentir à leur place comme dans un miroir.
Lorsqu’ils sont actifs, nous pouvons ressentir et éprouver le dégout, la colère, l’amour… que l’autre exprime. Ils sont à l’origine des phénomènes de masse par contagion émotionnelle (mouvements de panique, de haine ou de paix…)

Ils nous permettent d’identifier les émotions des personnes qui nous entourent mais nous entrainent également dans leur sillage.

Lorsque nous identifions un sentiment positif (comme l’amour, l’enthousiasme…),  il est très agréable de continuer à activer nos neurones miroirs.

Lorsque nous identifions un sentiment "neutre", notre empathie répond à l'expression populaire : "Un bon bailleur en fait bailler cinq" !

Lorsque cette empathie nous fait ressentir des émotions négatives, cela devient déstabilisant.
Si nous identifions un sentiment de grande colère, nous pouvons réagir par la montée d’une colère et/ou par  réaction, à la peur de cette colère.
Si nous réagissons par la colère, la contagion va aller crescendo entre les personnes concernées car chacun ressentira la colère de l’autre…. Si nous avons une post-réaction de peur, cette peur montera en puissance car elle sera ressentie par l’autre, entretiendra sa colère qui entretiendra notre peur…

Si vous quittez votre petit(e) ami(e), et qu’il(elle) ressent beaucoup de tristesse, vous la ressentirez également et bien que votre décision de départ corresponde à ce que vous souhaitez, vous pouvez être tenté de reprendre les relations avec la personne si vous ressentez trop sa tristesse ou si cette tristesse vous fait entrer dans un sentiment de culpabilité.
Après la séparation, si votre « ex » vous harcèle de messages en tous genres, coupez vos neurones miroirs avant de lire ses messages. Cela permettra de ne pas vous sentir concerné par ses sentiments (rancœur, colère…) et de répondre en gardant du recul au lieu d’entretenir le conflit.

Lorsque nous avons affaire à un excellent vendeur qui sait choisir ses mots pour réveiller nos neurones miroirs et les mettre en connexion avec les siennes afin de nous vendre des produits dont nous n'avons pas besoin... un petit acte de psycho-magie qui désactivera nos neurones miroirs et notre porte-monnaie est sauvé ! Cela vaut également si nous rencontrons un manipulateur.

Le seul moyen d’éviter ces confrontations désagréables, c’est de désactiver nos neurones miroirs.
Pour cela, il faut déjà prendre conscience du phénomène et ensuite vouloir l’arrêter en pensant une phrase du genre : « Je désactive mes neurones miroirs, je ne suis plus dans l’empathie ». Nous pouvons même rajouter un geste symbolique avec le majeur et l’index qui simulerait de couper ces liens avec des ciseaux.

C’est au moment où nos neurones miroirs ne sont plus activés que nous pouvons dire « Je prends du recul face à la situation ». Tant que nous sommes dans l’empathie avec une situation, l’émotion prend le dessus et nous n’avons pas les idées claires.

*******
L’effet miroir est un moyen d’information que la vie nous offre afin de voir l’image de nous-mêmes qui se reflète dans l’autre, dans ses actions et ses réactions. Le but étant de s’améliorer, d’évoluer.

Ce que nous ne supportons pas chez l’autre est ce que nous ne supportons pas de nous-mêmes.
Ce que nous apprécions grandement chez l’autre est ce qui est en résonance avec ce que nous apprécions chez nous mais que nous ne mettons pas toujours en valeur.

Exemple d'effet miroir : ne pas supporter de voir une personne "s'empiffrer" peut nous rappeler que nous avons cette tendance. 

Nous sommes constamment attirés par ce qui nous concerne au premier chef.
Par un phénomène de synchronicité, nous attirons toujours ce qui peut nous aider dans le moment, à tous les niveaux.
Exemple de synchronicité de la vie quotidienne : Vous avez envie de changer de voiture, vous voulez telle marque, tel modèle… vous allez en voir partout autour de vous. Vous allez capter toutes les automobiles qui correspondent à ce que vous cherchez, sur les parking, sur la route...

Il en va de même pour le développement personnel. Vous n’allez pas attirer de l’argent parce que votre égo veut de l’argent, vous allez attirer des personnes ou des situations qui correspondent à ce dont vous avez besoin pour votre développement personnel. (Mis à part que d’attirer des gens qui nous montrent nos propres faiblesses est moins « fun » que de voir la voiture dont nous avons envie !) Et ce, jusqu’à ce que nous ayons compris ce qu’il y a à apprendre.

Nous retrouvons cet effet miroir dans notre généalogie : vous ressemblez à une cousine de votre père, tout le monde vous le dit et vous le voyez également. Cela vous énerve car vous ne supportez pas ses traits de caractère (les mêmes que vous ne supportez pas chez vous).  Que faire ? Tout d'abord un acte de psycho-magie "Les petits bonhommes allumettes" de manière à dégager l'inconscient des liens nocifs. Puis analyser ce qui nous déplait chez la cousine, l'histoire de son enfance, ses expériences amoureuses, le métier qu'elle exerce.... Chercher le lien qui existe avec elle dans le trans-générationnel afin de corriger ces "désagréments" sur notre personnalité.

Ayons une attitude positive d’analyse afin de corriger chez nous ce qui nous interpelle chez les autres.
L’effet miroir est un atout pour les personnes qui veulent avancer dans la connaissance de soi, profitons-en !


Miroir mon beau miroir ! Servons-nous des miroirs !
Auteur : Pascale J.M.