L'histoire du sapin de Noël

Le sapin ou arbre de Noël tel que nous le connaissons est la christianisation d'une tradition païenne beaucoup plus ancienne.
L'arbre comme symbole de renouveau de la vie est un thème traditionnel païen. Les épines du sapin sont des feuilles en devenir. Elles sont persistantes (à part le mélèze, ce qui correspondant à un autre degré d'évolution) et symbolise la vie éternelle tant dans l’Égypte antique que chez les Chinois ou les Celtes.
Sa forme conique rappelle la notion de trinité connue bien avant le christianisme.



Les celtes avaient un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre et l'épicéa, symbole de l'enfantement, était celui du 24 décembre. C'est le jour de la renaissance du soleil, du solstice d'hiver.

Ce qui autrefois était un acte de célébration de la vie s'est transformé aujourd'hui en massacre à la tronçonneuse.

Autrefois, pour célébrer le renouveau de la vie, les Celtes se rendaient dans la forêt.
Chaque famille choisissait un jeune arbre qui n’arrivait pas à pousser, par manque de soleil et de place car ses frères plus grands autour de lui l'étouffaient.
Ces gens le déracinaient, le mettaient en pot et le ramenaient chez eux. Il trônait bien en évidence après avoir été décoré de fils de cuivre. (Le cuivre est un oligoélément vital, indispensable à la synthèse de l'hémoglobine, anti-inflammatoire... En latin, cuivre signifie "bronze de Chypre").
Le 6 janvier, jour de l'Epiphanie qui signifie en grec "apparition", au moment où le jour s'allonge par les deux bouts, les Celtes ramenaient les petits arbres aux abords de la forêt et les replantaient sur un espace dégagé afin qu'ils puissent croître à leurs aises.

C'était l'acte symbolique du renouvellement et du maintien de la vie.

Plus tard, en 354, les Chrétiens ont repris ces dates pour les insérer à leur calendrier et ancrer davantage leur religion.

Aujourd'hui, nous en sommes aux sapins coupés ou synthétiques (moindre mal) et aux guirlandes électriques !
Mais chacun peut renouer avec la tradition originelle.

Auteur : Pascale J.M.