La consanguinité

Durant le haut moyen-âge, l’église romaine avait fixé la limite d’interdiction des unions consanguines au septième degré de parenté. 

Cela devait permettre d’éviter l’inceste, la consanguinité et l’endogamie (mariage préférentiel dans le clan) surtout au sein de l’aristocratie. 

Pour les serfs qui n’avaient pas le droit de quitter le domaine du maitre ou pour les paysans qui n’en avaient pas les moyens, c’était un véritable problème que de trouver une épouse. 

Cela n’affecta pas l’aristocratie qui en profita pour créer des alliances lointaines.

Au début du XIIIe siècle, un concile abaissât l’interdiction à quatre générations.

De nos jours, les papes nous parlent d’éviter la contraception, les préservatifs et d’attendre le mariage pour "consommer".

Ah ! Ces hommes habillés en femmes qui s’occupent de coucheries qu’ils n’ont pas le droit de pratiquer !

Transgénérationnel :
Vous pouvez trouver dans votre généalogie des branches dites " en implexe"... mot barbare pour dire que deux de vos ancêtres sont une même et unique personne.
Ex : si vous vous mariez avec votre cousin germain, vos enfants n'auront que 6 grands-parents distincts au lieu de 8. Mais aussi... La mère de votre mari qui est votre tante devient également votre belle-mère, vos enfants auront des grands-parents qui seront leurs grands-oncles et tantes, etc...
Les mariages consanguins nous parlent du manque d'ouverture et de la peur de l'inconnu tant sur le plan physique que matériel.